Matinée des managers

Content de participer ce matin à la reprise des matinées des managers et de pouvoir échanger avec nos encadrants.
La collectivité attend beaucoup de ses encadrants : efficacité, exemplarité, équité.
Elle a aussi envers eux des devoirs : devoir d’accompagner leur montée en compétence pour qu’ils assument mieux une fonction que nous savons difficile, devoir de leur donner des outils pour l’exercice de leurs missions, devoir de les soulager des irritants du quotidien et de les soutenir dans la difficulté.

matinees-de-managers

Extension des horaires de lecture publique

Ce matin, j’ai pu échanger en présence de T. Blouet, F. Paille, F. Chapoutot, avec les collègues du réseau territorial de lecture publique, autour du sujet principal de l’extension des horaires de lecture publique.

Je remercie les collègues de leur accueil et de la qualité de l’échange, vif (car chacun est engagé et défend ses convictions) mais respectueux et constructif.

J’ai pris plusieurs engagements que je veux rappeler ici :

S’agissant des différents calendriers, j’ai rappelé que le comité technique de début juillet fixera le dispositif d’extension sur le réseau cristolien pour une mise en œuvre opérationnelle à la rentrée. Le travail a déjà cheminé sur ce secteur avec d’ailleurs des évolutions d’analyse et de positions  qui sont intervenues au fur et à mesure que le sujet était approfondi (par exemple, nous l’avons évoqué ce matin, le fait de mesurer qu’un scénario initial, dans sa mise en œuvre, générait deux catégories d’agents aux droits différenciés, nous a conduit de bon sens  à partir sur un autre scénario plus fidèle à l’égalité de traitement des agents). Les autres secteurs d’équipements sont moins avancés.

D’ores et déjà, les procédures de recrutement sont lancées et l’appel à volontariat, qui sera un complément à la mobilisation des moyens humains dans le cadre du cycle de travail, sera effectué demain.

J’ai également confirmé qu’après  le sujet des extensions d’horaires, nous enchaînerions avec la mise à plat de la NBI à l’échelle de la collectivité, au détour de l’été ainsi que le lancement du chantier d’approfondissement du diagnostic du régime indemnitaire au sein de la collectivité.

S’agissant du périmètre des sujets qu’il nous faut travailler ensemble, il comporte d’une part les cycles hebdomadaires de travail et d’autre part la revalorisation indemnitaire liée au travail du dimanche. Il me paraissait utile en effet que la réunion permette de clairement distinguer les sujets où l’autorité territoriale exerce son pouvoir de décision et ceux qui permettent la discussion, la participation avec les professionnels du secteur et bien sur la négociation avec les représentants du personnel . Ma conviction est qu’il faut d’ailleurs viser l’équilibre en la matière : le processus de décision ne peut pas fonctionner si l’autorité territoriale ne décide de rien ou si les agents ne sont associés a rien.

En ce qui concerne les cycles, nous communiquerons dans les meilleurs délais le planning  hebdomadaire par équipe tel que projeté à ce stade et  nous avons demandé à Elena Da Rui d’organiser une réunion la semaine prochaine pour recueillir les propositions des collègues. Sous réserve de confirmation, elle se tiendra mardi prochain.

S’agissant de la revalorisation du régime indemnitaire, nous allons explorer la piste d’un système solidaire (les collègues sont beaucoup intervenus sur ce sujet) et respectueux des règles du statut comme du principe d’équité à l’échelle de la collectivité. L’affaire n’est pas simple mais la sensibilité  de nos collègues est forte sur ces éléments.

Nous tiendrons évidemment un comité de pilotage final avant le comité technique.

Je remercie encore les collègues pour ce  temps d’échange et plus globalement pour leur attachement au service public que je mesure pleinement et partage

 

Coupe d’Afrique des Nations des quartiers

Mieux qu’Arsenal-Tottenham, la CAN de Créteil a livré son verdict hier lors de la finale du tournoi du Vivre Ensemble.
48 heures après avoir accueilli FRANCE – CHINE,  Grand Paris Sud Est Avenir avait mis à disposition les installations du stade Duvauchelle pour cet événement plein d’enthousiasme et de fraternité.
Merci aux équipes de GPSEA et particulièrement aux collègues du PMS autour de Sébastien Lamand qui enchainent les événements sans faiblir. À la direction culture sport, on a du fond …

football

L’équipe de la Direction du Développement durable mobilisée à l’occasion de la Fête de la Tégéval et sa journée citoyenne

GPSEA participe ce samedi 1er juin 2019 de 9h à 18h à Villecresnes à une double initiative intégrée dans le programme de la semaine européenne du développement durable.

Il s’agit à la fois d’une Journée citoyenne et l’Inauguration de la Tégéval, à travers une participation à la collecte des déchets et à la tenue d’un stand présentant les projets (Plan climat, Plan de Local de Déplacement et Projet alimentaire Territoriale).

L’équipe de la Direction du Développement durable est mobilisée à cet effet et vous accueillera avec plaisir… Merci à nos collègues qui, autour de 9 évènements, depuis le 18 mai, déclinent partout sur le territoire la priorité du développement durable qui est au coeur de Grand Paris Sud Est Avenir.
Téléchargez le programme

Réponse à la lettre de doléances des personnels des médiathèques et ludothèques

Cher(e)s collègues,

Vous avez appelé l’attention de l’autorité territoriale sur les conditions de travail au sein des médiathèques et ludothèques du Territoire. Aussi, je souhaite porter à votre connaissance plusieurs éléments de réponse, qui témoignent d’actions réalisées comme de projets en cours pour œuvrer à une amélioration des conditions d’exercice de votre métier.

Au préalable, je saisis l’occasion de ce courrier pour saluer l’engagement des agents de notre réseau territorial de lecture publique et leur dévouement au service des usagers.

Comme vous l’indiquez, la lecture publique joue un rôle clef dans la vie de la cité et la démocratisation de la culture. C’est la raison pour laquelle la collectivité a souhaité étendre les horaires du service public de notre réseau de médiathèques, ce qui constitue un choix fort de politique publique, qui vient compléter des décisions comme la gratuité du prêt, l’extension de l’offre nomade à travers le médiabus, la définition de nouvelles orientations dans le cadre du contrat Territoire Lecture approuvé lors du Conseil de Territoire d’avril dernier, la mise en œuvre du prêt numérique, la formalisation de projets d’établissements tels que prévus dans la charte de coopération intégrant les orientations validées localement et les moyens à disposition, avec 3 projets en cours à Créteil, Alfortville et Bonneuil sur Marne, ainsi que la mise en place d’outils d’analyse et d’évaluation des activités avec la Direction de l’observatoire engagée au mois de mai, etc…

S’agissant des effectifs, la collectivité est attentive à l’importance des moyens humains consacrés aux missions exercées directement au contact de la population. Depuis la création du Territoire, ces moyens n’ont pas baissé et les décisions de répartition des effectifs entre équipements, pour corriger d’éventuelles inégalités de dotations, sont facilitées par la mise en place des enveloppes d’emplois au niveau de chaque direction générale adjointe. Outre les redéploiements, ces enveloppes permettent des arbitrages en proximité du terrain. Il faut également rappeler que notre collectivité se caractérise par un taux de vacance de postes particulièrement bas, de l’ordre de 3,35%.

Cependant, il faut déplorer des délais de recrutement qui restent longs, en raison d’un nombre de candidats souvent trop réduit. La collectivité souhaite explorer des pistes d’amélioration, même si, à l’évidence, les difficultés du marché du travail dans ce secteur s’imposent à elle.

Le recrutement d’un directeur culture-sport permettra, en outre, d’accompagner plus en proximité les responsables d’équipement. La procédure est en cours.

S’agissant de la formation, GPSEA fait de cette politique une priorité pour accompagner la montée en compétences des agents et l’amélioration du service public aux usagers. A ce titre, les agents de médiathèques bénéficient des dispositifs mis en œuvre, avec notamment des correspondants formation dans,les services pour faciliter l’accès à l’offre de formation pour tous. En 2018, les agents de médiathèques, qui constituent 17% des effectifs de GPSEA, ont représenté 23 % des jours de formation CNFPT mobilisés par GPSEA. Parmi les agents étant partis au moins une fois dans l’année en formation, les agents de médiathèques représentent près de 20% du total. La quarantaine d’encadrants a bénéficié par ailleurs en 2018 de deux matinées des managers et une matinée de formation commune à tous les encadrants. Des actions spécifiques ont également été mises en place, avec une journée de formation dédiée à la gouvernance partagée fin 2018 pour les responsables d’équipements.

Pour l’année 2019, sur les 50 jours de formation qui sont programmés en interne à GPSEA avec le CNFPT, 30 jours sont dédiés à la direction culture et sport, en particulier sur la prise en charge des handicaps et l’écriture d’un projet de service. Les formations portant sur la relation au public concerneront également les agents de médiathèques. Le second semestre permettra également la constitution d’une communauté de pairs, avec la mise en place de formations spécifiques pour les responsables d’équipements, ainsi que le renforcement des dispositifs d’accompagnement proposés en interne par la direction de la transformation et du dialogue social.

Votre préoccupation relative à la conciliation des temps de vie rejoint les orientations prises par GPSEA en matière d’action sociale, avec l’adhésion au CNAS depuis le 1er janvier 2019 pour tous les agents de la collectivité et sans participation financière des personnels, et avec un projet de conciergerie à l’étude, qui a pour but de favoriser l’accès à des services de la vie courante et de simplifier la vie des agents.

Concernant la prise de repas, une offre de restauration diversifiée est proposée sur l’ensemble du Territoire, des accords ayant été conclus avec plusieurs restaurants administratifs ou inter-entreprises. Nous savons que la continuité du service public n’offre pas toujours l’opportunité d’accéder à ces solutions, et les contraintes bâimentaires ne permettent pas toujours à certains agents de se restaurer sur place dans des conditions optimales. C’est pourquoi ce sujet a été inclus dans l’agenda social mis en place avec les représentants du personnel.

En matière de rémunération, l’adoption du RIFSEEP lors du dernier Conseil de Territoire constitue un acte de cohésion important au sein de notre organisation, sans aucune perte de rémunération pour les agents. Le diagnostic réalisé à cette occasion par un cabinet extérieur a révélé que GPSEA mobilise fortement les possibilités offertes par le régime indemnitaire actuel dans la filière culturelle. Ce diagnostic du régime indemnitaire sera approfondi dans le cadre de la concertation syndicale au sein d’un groupe de travail dédié. Au-delà de l’approche sectorielle, GPSEA a créé un dispositif d’examen semestriel des situations individuelles afin de résorber d’éventuels écarts de rémunération lorsque ceux-ci sont objectivés. Enfin, GPSEA a engagé une démarche d’ajustement de la NBI ayant pour but d’identifier précisément les postes devant donner lieu à versement et ceux qui ne peuvent pas en bénéficier.

Il convient également d’indiquer que la généralisation à tous les agents et la revalorisation de la participation de la collectivité à la mutuelle santé depuis le 1er janvier 2019 constitue un acte de soutien au pouvoir d’achat des agents.

S’agissant du temps de travail, le projet de loi de transformation de la fonction publique actuellement en cours de discussion parlementaire prévoit de fixer le cadre applicable aux collectivités locales et les marges d’appréciation qui leur seront accordées.

Par les services qu’elles remplissent auprès de la population, les médiathèques ont des besoins spécifiques en matière de moyens numériques. C’est pourquoi, un effort conséquent de renouvellement du matériel a déjà été engagé, avec plus de 70 postes renouvelés en 2018, et sera poursuivi cette année, avec près d’une centaine de postes qui auront été renouvelés d’ici la fin de l’année. L’important travail d’intégration des différents équipements au réseau informatique et téléphonique de GPSEA, rendu nécessaire par le transfert de nouveaux sites, sera achevé en 2020. Une démarche est également en cours sur le renouvellement des copieurs. Des projets structurants pour le réseau de lecture publique sont par ailleurs engagés, avec le SIGB et le renouvellement du logiciel de gestion des EPN. En 2018, le service informatique a accompagné la réouverture de la média-ludothèque du Palais, et se mobilise déjà pour permettre la création d’un espace numérique en septembre prochain dans ce même équipement. Afin d’améliorer la réactivité des interventions sur le terrain, une réflexion relative à la constitution d’un réseau d’intervenants de proximité est également engagée au niveau de la direction de la transformation et du dialogue social.

De nombreux usagers fréquentent nos équipements de lecture publique qui sont la vitrine de notre Territoire. Aussi, la propreté des locaux est une préoccupation que nous avons à cœur de satisfaire, et nous y dédions 47 % des crédits affectés au nettoyage. Les responsables des équipements culturels ont été sollicités lors de la passation des nouveaux marchés de services de nettoyage afin de requérir leurs recommandations et suggestions sur la description et la définition de leurs besoins. La direction des affaires générales a également accru le recours à la régie de quartier. D’ailleurs, les réclamations auprès de GPSEA de la part des usagers restent exceptionnelles, puisque depuis la création du service relations aux usagers, une seule réclamation a porté sur ce sujet.

Dans le cadre du transfert des équipements à GPSEA, la direction des bâtiments a renforcé son équipe et s’est réorganisée afin de mieux répondre aux besoins des établissements et s’adapter à l’augmentation des demandes de travaux, avec 251 interventions effectuées par la régie bâtiment au sein des médiathèques/ludothèques en 2018, contre 98 interventions en 2017. La direction des bâtiments consacre ainsi près de 20% de son budget de fonctionnement pour assurer un entretien satisfaisant des installations et des équipements présents sur les sites. Depuis plusieurs années, des travaux de rénovation ont été engagés pour pallier les dysfonctionnements rencontrés et améliorer les conditions d’accueil et de travail. On peut citer par exemple la création de la médiathèque Relais Village à Créteil en 2015, le réaménagement de la médiathèque Ile Saint Pierre à Alfortville en 2016, ou encore les travaux de rénovation de la ludothèque du Palais. De nouveaux projets de construction et de rénovation sont également prévus à Chennevières sur Marne, à Mandres-Les-Roses et à la ludothèque de Créteil cette année.

Des travaux sont également d’ores et déjà prévus dans le cadre du budget 2019, avec notamment le remplacement des pompes à chaleur à la médiathèque de Bonneuil-sur-Marne afin de limiter les températures excessives pendant la saison estivale. Une étude est en cours à la médiathèque d’Ormesson sur Marne pour améliorer le confort thermique et la rénovation de la façade. Un projet de réfection et d’amélioration de la ventilation du Forum de Boissy-Saint-Léger est prévu pour 2020 et fait l’objet d’une convention entre la ville et GPSEA. Des travaux de mise en accessibilité ont déjà été engagés et GPSEA prévoit d’établir un nouveau programme d’accessibilité en concertation avec la préfecture pour les années à venir. Enfin, l’étude en cours sur l’offre du territoire en équipements structurants permettra d’engager des travaux de grande envergure de réhabilitation, démolition, reconstruction et implantation nouvelle, notamment dans le secteur culturel.

Notre Territoire est étendu et nécessite des déplacements pour nos agents, qui doivent être conciliés avec nos politiques d’optimisation des moyens et de développement durable. Une flotte de 11 véhicules est affectée exclusivement aux médiathèques permettant ainsi aux personnels de pourvoir à leurs besoins de déplacements. Pour 2019, nous avons prévu l’acquisition d’un bibliobus, de vélos et de quatre véhicules légers ou utilitaires, soit un montant total de 248 000 €, représentant 35 % des crédits votés au budget 2019 pour l’achat de matériel roulant. Ces dispositions traduisent ainsi la volonté de GPSEA de répondre à la demande de véhicules supplémentaires.

J’ai souhaité porter à votre connaissance ces éléments pour témoigner de l’importance et de la cohérence des moyens déployés par la collectivité au service de notre réseau de lecture publique. Sans prétendre résoudre simultanément toutes les difficultés auxquelles vous êtes confrontés dans un contexte de construction progressive du territoire, nous sommes engagés dans un processus d’amélioration continue de la qualité du service public, des conditions et de qualité de vie au travail de nos agents.

C’est dans cet esprit que nous mettrons en œuvre l’extension des horaires de lecture publique, décidée par nos élus, auxquels il appartient de définir les objectifs de politique publique de la collectivité, et dont les modalités doivent être pensées en tenant compte des sujétions particulières de travail et de l’égalité de traitement des agents,

Avec Thierry BLOUET, DGA citoyenneté et Emilie AGNOUX, directrice de la transformation et du dialogue social, je me tiens à votre disposition pour poursuivre ces échanges.

Je vous prie de croire, Cher(e)s collègues, en l’assurance de mes salutations distinguées.

Le Directeur général des services,
Fabien TASTET

Immersion auprès du DGS

Comme je m’y étais engagé, j’accueillerai auprès de moi, dans le courant du mois de mai,  2 collègues volontaires pour une immersion d’une journée. Ils auront l’occasion  de m’accompagner toute une journée dans mes différentes activités : réunions, rdv, travail  sur  dossiers, visites sur le terrain, etc.

Il s’agit d’une des déclinaisons de cette idée qu’une communauté professionnelle s’enrichit lorsque ceux qui la composent se connaissent mieux. Ainsi, à la création du territoire, nous avions organisé les  journées de Fédération. À mon arrivée,  j’avais eu la chance de passer une journée d’immersion au sein de nos équipes de propreté. Nous pratiquons également les immersions de collègues dans un autre service que le leur en préparation de leur éventuelle mobilité.

J’invite celles et ceux qui sont intéressés par cette immersion d’une journée auprès de moi à contacter les assistantes de la direction générale par mel. Nous retiendrons probablement une journée à la fin du mois de mai.

À conserver et à diffuser

Une carte pour accompagner le vote du budget lors du  dernier conseil de Territoire. Une carte qui, mieux que de longs textes, donne à voir concrètement ce que fait le territoire pour ses communes et ses habitants. Une carte qui dessine des interventions nombreuses et équilibrées géographiquement car tel est le projet de GPSEA : agir vite et fort, faire des choses pour le quotidien de nos concitoyens et pour préparer l’avenir, servir toutes les communes, grandes ou petites, être partout et n’oublier personne. Une carte qui dit votre engagement car ces actions et ces projets n’existent pas sans vous.

projets_BP-2019_vdef-2

À conserver et à diffuser. Faites en bon usage !

Merci de votre engagement
Et merci à notre direction de l’observatoire qui a donné naissance a ce document.

2e carrière, on commence !

Vous savez notre attachement à développer une politique de ressources humaines de la 2e carrière. L’objectif est de créer, pour nos collègues qui exercent des métiers pénibles de longue date,

un nouveau parcours professionnel dans la collectivité sur des fonctions qui sollicitent moins les corps. L’idée est d’anticiper les choses, les préparer en amont y compris psychologiquement car il n’est pas aisé, même lorsqu’on est convaincu de la nécessité de changer, de laisser derrière soi un métier qu’on aime pour en épouser un autre. L’idée est aussi de ne pas être mis devant le fait accompli comme dans une procédure de reclassement, un mot que je n’aime pas car nous parlons d’hommes et de femmes et non de dossiers rangés dans une armoire. Le principe est, enfin, de dégager des moyens pour conduire cette politique. Il faut que la direction, que le collègue engagé dans sa 2e carrière va quitter, bénéficie d’un nouveau recrutement avec éventuellement un temps de tuilage entre les deux agents. Il faut que la direction d’accueil organise un tutorat pour favoriser l’intégration de celle ou celui qui change de métier.

Nous avons fait de ce projet un de nos chantiers 2019, un des sujets de dialogue social de cette année et c’est au deuxième semestre que nous structurerons cette démarche. Mais nous sommes, d’ores et déjà, en train de travailler sur des premiers mouvements qui pourraient  intervenir dans les semaines qui viennent.