Archives de l’auteur : Sébastien Tailhandier

Forum de l’action sociale et de la qualité de vie au travail

Dans le cadre de notre politique d’action sociale, de qualité de vie et santé au travail, un forum vous est consacré le jeudi 17 octobre 2019 de 9h00 à 17h00 au sein du palais des sports de Créteil.

Cet événement ajoute un nouveau temps fort aux temps collectifs et cohésifs de GPSEA.

Des ateliers et stands vous seront proposés en matière d’action sociale pour favoriser l’accès aux droits, la conciliation vie privée-vie professionnelle (mutuelles, CNAS, prévoyance et garantie obsèques, assistante sociale, handicap, carrière, mobilité, retraite, formation…) et en matière de santé-sécurité au travail (premiers secours, sensibilisation au risque bruit, chasse aux risques professionnels, sensibilisation à la sécurité routière, éco-gestes, initiation à la sécurité incendie, prévention des risques liés à l’activité physique…).

Ces actions s’inscrivent en complémentarité des différents plans d’action mis en œuvre à GPSEA dans ces domaines. Les thématiques font écho aux problématiques que vous nous avez remontées.

Afin de pouvoir vous rendre à cette manifestation, vous pourrez être libérés sur votre temps de travail sur une demi-journée (matin ou après-midi) en fonction des impératifs de service. Un accueil café sera proposé à 9h et à 13h. 

Je sais compter sur votre participation afin de faire de cette journée un moment fédérateur profitable.

Rendez-vous le jeudi 17 octobre au palais des sports de Créteil !affiche-forum-action sociale QVT

L’équipe de la Direction du Développement durable mobilisée à l’occasion de la Fête de la Tégéval et sa journée citoyenne

GPSEA participe ce samedi 1er juin 2019 de 9h à 18h à Villecresnes à une double initiative intégrée dans le programme de la semaine européenne du développement durable.

Il s’agit à la fois d’une Journée citoyenne et l’Inauguration de la Tégéval, à travers une participation à la collecte des déchets et à la tenue d’un stand présentant les projets (Plan climat, Plan de Local de Déplacement et Projet alimentaire Territoriale).

L’équipe de la Direction du Développement durable est mobilisée à cet effet et vous accueillera avec plaisir… Merci à nos collègues qui, autour de 9 évènements, depuis le 18 mai, déclinent partout sur le territoire la priorité du développement durable qui est au coeur de Grand Paris Sud Est Avenir.
Téléchargez le programme

En direct du Comité Technique (CT) du 29 mars 2019

Cette séance de vendredi 29 mars était l’occasion d’accueillir les nouveaux représentants du personnel, élus à l’issue des élections professionnelles de décembre 2018.

Outre les rapports administratifs relatifs à la vie de l’instance (règlement intérieur) ou les rapports traditionnellement présentés au comité technique (tableau des effectifs ou ajustement d’organigrammes par exemple), cette réunion d’installation a surtout été l’occasion d’aborder certaines thématiques, qui sont au centre de notre travail de dialogue social constructif et concerté.

Nous avons d’abord débattu du règlement intérieur des frais de déplacement.

Ce document a pour vocation d’établir des règles communes pour les déplacements des agents et des élus dans le respect des normes de droit en vigueur. Ce travail, conduit par la Direction des ressources humaines avec le soutien de la Direction des affaires juridiques et du patrimoine et la Direction de la transformation et du dialogue social, sécurise les pratiques et va permettre à tous de bénéficier au plus vite des nouveaux tarifs de remboursement établis par l’arrêté du 26 février dernier.

Un travail complémentaire sur l’utilisation du pool de véhicules de service et des véhicules personnels dans le cadre des déplacements professionnels sera, par ailleurs, présenté lors de la prochaine réunion du comité technique.

Ce règlement apporte aussi une nouveauté car il est désormais prévu de rembourser les frais liés à la préparation de différents concours de la fonction publique, à hauteur d’une préparation dans l’année. Cette mesure représente une vraie avancée pour tous les agents souhaitant se préparer à un concours. C’est un signe fort envoyé par le Territoire à l’ensemble de ses personnels dans le cadre de notre politique active de résorption de l’emploi précaire et de stagiairisation.

Ensuite, nous avons abordé le sujet de la formation à travers le bilan des actions conduites en 2018 et la stratégie du plan de formation 2019. La politique de formation constitue le capital de compétences des agents. Elle représente donc une priorité pour notre établissement. Le bilan quantitatif de l’année 2018 est parfaitement positif avec un agent de GPSEA sur deux qui part désormais en formation et presque un doublement des jours de formation (2254 jours de formation en 2018).

Dans un souci permanent d’améliorer ce dispositif, nous avons pour objectif de mettre en place, dès cette année, un réseau de formateurs internes, afin de développer davantage de formations en interne et de faciliter encore plus l’accès à la formation à tous les agents de GPSEA.

L’année 2019 verra également s’accentuer certaines actions déjà mises en œuvre :

  • poursuite des formations sur la maîtrise des fondamentaux (apprentissage de la langue française, parcours de remise à niveau),
  • formations spécifiques aux besoins métiers (formation sur la posture d’agent public ou sur la gestion des conflits et de l’agressivité du public par exemple, cycle spécifique de formations dédié à la mission d’appui),
  • renforcement de l’accompagnement des encadrant (matinée des managers, formations au management de proximité),
  • projet de mutualiser, au 1er janvier 2020, les formations obligatoires en matière d’hygiène et sécurité avec toutes les communes du Territoire.

Tout ceci viendra faciliter l’action des correspondants formation, qui restent les interlocuteurs de proximité des agents.

La mobilisation de nos ressources en matière de formation contribuera à renforcer notre politique de reclassement ; avec pour objectif de mettre en place un véritable droit à la deuxième carrière pour les agents du Territoire. Cette thématique pourra d’ailleurs être travaillée dans le cadre du planning concerté du dialogue social, discuté avec les partenaires sociaux.

En effet, lors de nos discussions, nous nous sommes arrêtés d’un commun accord sur un certain nombre de sujets qui vont constituer la trame d’un nouveau planning concerté du dialogue social. Ce planning sera orienté autour de quatre blocs pour l’année 2019 répartis comme suit :

  • la rémunération, avec en particulier un approfondissement du diagnostic du régime indemnitaire et la NBI ;
  • les conditions de travail avec notamment le chantier ouvert sur la possibilité d’une extension des horaires des médiathèques ainsi qu’un travail sur le reclassement des agents ;
  • les chantiers managériaux (budget participatif dans certains services, présentation des dispositifs d’accompagnement individuels et collectifs, valorisation des fonctions de responsables d’équipements culturels et sportifs) ;
  • l’action sociale (convention obsèques, bilan social), etc.

A ce propos, la poursuite de la politique d’harmonisation en matière d’action sociale a également été présentée. L’objectif est de capitaliser sur les mesures prises en fin d’année 2018 et notamment sur l’adhésion au Comité National d’Action Social (CNAS). Il s’agit ici de venir compléter et renforcer le panel des services déjà offerts par le CNAS avec un accompagnement social quasi individualisé : à titre d’exemple tous les enfants de 0 à 12 bénéficieront désormais d’un jouet comme cadeau de fin d’année.

Désormais, tous les agents de l’établissement, quel que soit leur statut, pourront solliciter le fonds de secours, qui sera doté d’un budget spécifique de 50 000 euros pour l’année 2019. Ce dispositif, qui intervient en complément des aides accordées par d’autres organismes (CNAS, Conseil départemental, CCAS…), va permettre d’allouer aux demandeurs une aide financière exceptionnelle pour faire face à une situation difficile ou imprévisible (maladie, divorce, séparation, décès, pertes financières avérées) ou à des dépenses spécifiques de première nécessité (logement, véhicule, nourriture, factures d’énergie, prise en charge des frais liés au décès d’un proche…).

Déjà au centre de nos préoccupations en 2018, l’action sociale sera encore au cœur de notre politique en faveur de tous les agents du Territoire en 2019.

Enfin, le dernier sujet abordé à l’occasion de cette réunion, riche en échanges, a été la mise en place du régime indemnitaire tenant compte des fonctions, des sujétions, de l’expertise et de l’engagement professionnel (RIFSEEP). Conclusion d’un vrai travail de concertation avec les organisations syndicales et d’un souci de pédagogie mené auprès des agents à travers différentes réunions, le RIFSEEP a été envisagé à GPSEA à la fois comme un acte de cohésion, de sécurisation, de cohérence et de transposition. L’adoption du RIFSEEP constitue une véritable sécurisation pour l’ensemble de nos collègues. En effet, notre volonté a été de consolider un système de primes extrêmement divers et parfois fragile en termes juridiques du fait des transferts successifs.

Aucun agent ne perdra un euro à l’occasion de la mise en place du RIFSEEP.

Certains de ces points (frais de déplacement, action sociale et RIFSEEP) seront à l’ordre du jour du Conseil de Territoire du 10 avril prochain et feront donc l’objet d’une communication plus poussée dès leur adoption.

Rendez-vous le vendredi 14 juin 2019 pour une nouvelle réunion du comité technique, que j’espère aussi constructive avec nos partenaires sociaux.

Renouvellement du marché des vêtements de travail et équipements de protection individuelle (EPI) à GPSEA

Dans le cadre du nouveau marché de vêtement de travail et d’EPI, une démarche participative avec l’ensemble des agents concernés et le CHSCT a été mise en place afin de prendre en compte les demandes des agents et d’améliorer notre niveau de réponse à leurs besoins métiers.

Ce travail réalisé conjointement par la direction de la transformation et du dialogue social, la direction des finances, de la commande publique et du contrôle de gestion et la direction des moyens généraux a permis d’établir un diagnostic des dotations existantes et de faire remonter les besoins des agents, qui ont été pris en compte dans la rédaction du marché d’appel d’offres. Ce travail s’est concrétisé au travers de 18 réunions au sein des services.

Le choix a été fait d’améliorer à la fois le nombre et la quantité d’équipements vestimentaires fournis pour plus de confort :

  • Passer de 3 tee-shirts à 5 tee-shirts, tout en ouvrant plus de choix possibles avec l’introduction de tee-shirt à manches longues.
  • Passer d’une paire de chaussettes à 5 paires.
  • Disposer de coupes de vêtement pour femmes ou plus ajustées pour tous.
  • Passer du tee-shirt simple au tee-shirt haute visibilité pour les agents exposés aux risques de la circulation routière.

Les retours des agents ont ainsi permis de revoir le répertoire de dotations des agents de GPSEA, présenté en CHSCT le 18 juin 2018. En conséquence de nouvelle fiches dotations ont été créées pour répondre aux contraintes métiers. D’autres fiches ont évolué pour mieux couvrir les besoins des agents tant sur la qualité des produits que sur les quantités.

Il a été également demandé à ce que le nouveau marché prévoie de nouvelles exigences en termes d’offre :

  • Répondre à 100% aux attentes des agents exposées lors des réunions.
  • Couvrir ces demandes une fois le marché attribué, quelle que soit la société retenue.
  • Laisser du choix aux agents dans la limite des dotations retenus par service dans le cadre de la mise en œuvre du marché.

Le marché d’appel d’offres a été décomposé en 8 lots permettant de couvrir l’ensemble des besoins des services de GPSEA et des communes adhérentes à ce groupement de commande.

Lors du showroom, les produits ont été présentés et les agents ont pu exprimer leurs attentes. Plus de 170 agents de GPSEA sur les 471 agents invités bénéficiant d’une dotation ou d’EPI ont ainsi pu donner leur avis, soit 36% des agents concernés.

Au final, dans l’attribution du marché, GPSEA respectera le choix des agents grâce à un cahier des charges intégrant les attentes des services et des agents ainsi que les votes exprimés lors du showroom, qui ont permis d’identifier les améliorations à apporter pour les adapter aux besoins.

Une négociation a été menée pour coller au mieux aux demandes des agents.

Fort de votre participation lors des réunions préparatoires dans les services et de leur prise en compte dans la mise en œuvre du marché, nous vous proposerons prochainement d’affiner vos choix par service et métiers pour les vêtements de travail et les chaussures.

Ce troisième temps participatif devra là encore permettre de prendre en compte votre avis et définir les codes couleurs retenus par service ainsi que les produits par métier. Plusieurs vêtements et chaussures vous seront ainsi proposés.

Comme vous le savez, le port de vos vêtements de travail et EPI est une obligation, mais il est aussi le signe de l’appartenance à GPSEA, l’image de marque de notre Territoire rendu possible par votre engagement et l’étendard de vos savoir-faire.

Dans le cadre du marché, une opération de prise de mesure sera mise en place pour adapter vos tenues de travail au plus près de vos attentes.

Bilan formation 2018

formation

Plus de 500 agents partis en formation en 2018, une augmentation de 66 % et plus de 2000 jours de formation offerte aux collègues. En trois ans nous avons déjà bâti une politique de formation, qui n’est certes pas encore aboutie, mais qui d’ores et déjà traduit concrètement la mise en œuvre de ce droit fondamental de montée en compétence des agents. Un grand merci aux équipes de la transfo et de la drh qui œuvrent sur ce sujet et le font avec conviction.

En direct du Comité Hygiène, Sécurité Conditions de Travail (CHSCT) du 18 mars 2019 :

A la suite des élections professionnelles de décembre 2018, les organisations syndicales ont désigné de nouveaux représentants du personnel au sein du CHSCT.

Cette réunion d’installation a donc été l’occasion de repartir sur une nouvelle dynamique et de conforter la démarche de co-construction mise en place au sein de GPSEA quant à la politique de santé et de sécurité au travail, qui me tient particulièrement à cœur.

Outre les traditionnels rapports administratifs relatifs à la vie de l’instance (règlement intérieur, désignation d’un secrétaire du CHSCT), nous avons surtout abordé les actions initiées par le précédent CHSCT en lien avec les services de GPSEA et en particulier la direction de la transformation et du dialogue social :

  • La remise à niveau de certains éléments de la politique de santé et de sécurité au travail (registres de santé-sécurité, plans de prévention et protocoles de chargement, dotations vestimentaires en équipement de protection individuel (EPI), évaluation des risques professionnels, …) ;
  • La mise en œuvre des actions de la démarche managériale (budget participatif au sein du service de la propreté urbaine, définition du rôle des chefs d’établissement, …) ;
  • Le positionnement du CHSCT comme acteur pivot de la politique de santé et sécurité au travail ;
  • L’instauration d’un réseau d’assistants de prévention avec 30 agents impliqués à ce jour au sein des différents services ;
  • La refonte de la dotation vestimentaire et EPI, via une concertation participative avec les agents et les membres du CHSCT. A ce titre, près de 200 agents ont voté en janvier sur les nouveaux équipements à l’occasion d’une démonstration ouverte sur 3 jours. Les résultats de cette concertation ont été pris en compte dans l’attribution du nouveau marché ;
  • La mise en place d’un dispositif médico-social, avec l’assistante sociale, dont la présence sera désormais portée à 4 jours par semaine et le binôme médecin et infirmière du travail, présentes 2 jours par semaine au sein de GPSEA. Ce dispositif a déjà permis d’améliorer qualitativement et quantitativement l’accompagnement des agents.

Et nous nous sommes surtout tournés vers le plan de mise en œuvre pour l’année à venir avec en particulier :

  • Le recrutement d’un deuxième conseiller en santé et sécurité au travail pour renforcer le nombre d’actions et l’accompagnement des différents acteurs au sein de GPSEA ;
  • La consolidation du réseau des assistants de prévention, dont la lettre de cadrage est en cours de rédaction au sein des services ;
  • La mise en place d’une cellule de veille locale pour assurer une prise en charge globale et régulière des problématiques identifiées (DRH, direction de la transformation et du dialogue social, personnel médico-social) ;
  • La mise à disposition de locaux pour le pôle médecine professionnelle/assistante sociale ;
  • L’activation de l’accompagnement psychologique collectif par le biais du CIG ;
  • La poursuite de l’action de l’agent chargée des fonctions d’inspection (ACFI) et du conseiller de prévention du Centre Interdépartemental de gestion. Une contre-visite de la cuisine centrale sera ainsi réalisée en 2019. Un suivi des visites d’inspection des médiathèques sera également mis en place. Une mission sur la signalisation temporaire de chantier sera mise en œuvre pour répondre aux besoins opérationnels des services concernés ;
  • L’aide à la rédaction des consignes incendie auprès des chefs d’établissement ;
  • La finalisation des choix des dotations vestimentaires par service auprès des agents.

Enfin, nous avons évoqué la situation particulière des piscines, qui font partie des équipements les plus anciens du Territoire. Je félicite le personnel pour l’entretien de ces équipements, sur lesquels un travail devra être engagé. J’ai pu rappeler à ce titre que les élus ont décidé de lancer une réflexion sur la programmation d’investissements dans les équipements structurants.

Tous ces chantiers sont pour moi l’occasion de rappeler l’attachement de GPSEA aux conditions de travail de l’ensemble de ses agents.

Je félicite Eric Metahri pour sa désignation en qualité de secrétaire permanent du CHSCT.

Je souhaite un bon travail à ce CHSCT renouvelé. Prochain rendez-vous le 17 juin.

Fake ou réel ?

Aujourd’hui, nous disposons tous, dans nos vies personnelle et professionnelle, d’une masse d’informations conséquente, Cela est d’autant plus vrai qu’à Grand Paris Sud Est Avenir nous sommes attachés à la liberté de parole, à l’échange et nous cherchons en permanence de nouveaux instruments pour mieux faire circuler l’information entre nous.

Une des conséquences de cette abondance de données est qu’il est nécessaire de faire le tri entre ce qui est important et ce qui l’est moins, entre ce qui est utile et ce qui est secondaire. Aujourd’hui, j’inaugure une nouvelle rubrique du blog qui a sa façon cherche à faire le tri parmi ce que j’entends dire au sein de la collectivité.

Fake ou réel ?

« Le 1er budget participatif du service propreté a été financé par les agents eux mêmes »

Faux bien sûr. La collectivité a souhaité expérimenter un nouvel outil de participation des agents en permettant aux collègues de la propreté de décider eux-mêmes par leur vote des matériels, travaux et fournitures dont ils pourraient disposer pour améliorer leurs conditions de travail. L’opération a eu lieu en septembre et une partie des matériels et fournitures choisis a ete acquise et est en train d’être distribuée parmi les équipes.
La collectivité a financé cette démarche en dégageant des moyens supplémentaires à hauteur de 40 000€. Évidemment, aucun prélèvement n’a été opéré sur la paye des agents à ce titre !

Nous prévoyons d’étendre cette démarche des budgets participatifs à la restauration scolaire, à la production florale et arboricole et aux équipes d’exploitation eau voirie assainissement, des équipes pour lesquelles la question des conditions de travail est essentielle.

« La collectivité ne fait rien pour créer la cohésion entre les agents de GPSEA et uniformiser leurs droits »

Faux. En trois ans d’existence, GPSEA a déjà posé de nombreux actes de cohésion et notamment
• une politique de résorption de l’emploi précaire, la même pour tous, qui a permis de stagiairiser des collègues qui cumulaient les contrats courts mais aussi de donner leur chance dans l’administration à des emplois d’avenir
• Une politique disciplinaire, la même pour tous, qui est un instrument nécessaire pour garantir le respect entre collègues
• Une politique d’avancement de grade et de promotion interne (AGPI), la même pour tous, basée sur des principes communs à tous les agents (prise en compte de l’ancienneté comme témoignage de la fidélité à l’institution, prise en compte des concours et examens passés et réussis comme témoignage des efforts accomplis pour progresser dans sa carrière, prise en compte des contraintes particulières supportées par celles et ceux qui s’engagent dans la fonction d’encadrement) et qui a permis d’augmenter le nombre de collègues bénéficiant d’une évolution de carrière (chaque année 10% des agents bénéficient d’une décision favorable d’AGPI)
• Une politique d’action sociale, la même pour tous, qui permet à chaque agent de disposer d’une participation de 30/mois sur sa mutuelle santé et d’être gratuitement adhérent du CNAS
• Une politique de médecine professionnelle et d’accompagnement social, la même pour tous, qui offre à tous les agents de GPSEA, grâce au partenariat avec le Centre de Gestion, des services renforcés en terme de rdv avec médecins, infirmière, assistante sociale. Le Conseil de Territoire vient d’ailleurs de délibérer pour augmenter la présence de l’assistante sociale à GPSEA qui sera désormais là 4 jours par semaine contre 3 auparavant.

Reste la politique de régime indemnitaire pour laquelle nous délibérerons en avril et qui permettra de supprimer la myriade de primes différentes au profit d’un système commun, en garantissant évidemment que cet acte de transposition, de conversion et donc de cohésion ne fasse pas perdre un euro a qui que ce soit. Reste enfin la politique du temps de travail pour laquelle nous avons toujours dit qu’il ne servait à rien d’ouvrir le dossier tant que le cadre national fixé par le gouvernement et le législateur n’était pas connu. Je crois pouvoir dire que les évènements nous donnent raison puisque le gouvernement a annoncé que la question du temps de travail serait traitée dans le cadre du projet de loi de transformation de la fonction publique adopté avant l’été 2019.

« Les effectifs n’augmentent pas dans la collectivité »
Vrai et faux. Les effectifs ont augmenté avec les transferts de compétences qui ont été nombreux depuis 2016. En matière culturelle et sportive par exemple, les équipements en provenance des communes comptaient naturellement beaucoup de personnels qui sont désormais territoriaux.
Si on neutralise les effets des transferts, les effectifs sont stables depuis 3 ans. Ils n’augmentent pas, ils ne baissent pas. Beaucoup d’entre eux sont transformés au gré des évolutions de l’offre de services publics : des postes changent de service /direction de rattachement, de contenus, disparaissent parfois dans un secteur quand d’autres sont crées dans un autre secteur.

Fabien TASTET

En direct du CT du 21 septembre 2018

Mise en place d’une cellule unifiée d’accueil de la primo-demande :

Depuis plusieurs années, GPSEA met l’accent sur la qualité du service public délivré aux usagers du Territoire. Différentes initiatives ont donc été prises par les directions en ce sens, telles que le numéro vert de la DGST, qui est un système reconnu et apprécié de tous. De nombreuses demandes et réclamations parviennent ainsi directement aux services et au numéro vert mais leur traitement reste encore perfectible. Les demandes arrivent aujourd’hui par différents canaux (téléphone, courriers, courriels), avec le risque qu’elles se perdent et que l’usager n’ait pas de réponse à sa sollicitation. Pour améliorer le suivi et les délais de réponse, il a été décidé de créer une cellule unifiée et étoffée afin de mieux organiser le circuit de réception et de traitement des demandes. Ainsi cette cellule aura pour rôle :

  • d’accuser réception de toutes les demandes,
  • de répondre aux questions simples (horaires d’ouverture des équipements du Territoire, jours des tournées de ramassage, …)
  • d’orienter les demandes plus complexes vers les services compétents, qui en assureront le traitement,
  • de gérer le suivi des demandes.

Cette cellule, rattachée directement à sa création à la Direction Générale, sera opérationnelle à compter du 1er novembre prochain. Un plan de formation spécifique accompagnera sa mise en place.

Déploiement du dispositif de télétravail au sein de GPSEA :

Depuis octobre 2017, GPSEA expérimente le télétravail. Le bilan de cette expérimentation ayant été particulièrement positif, il est proposé une généralisation de cette démarche.

GPSEA fait le choix d’une approche démocratique du télétravail, en ne limitant pas son accès aux seuls cadres ou métiers administratifs, comme cela est parfois pratiqué ailleurs. Le but est d’ouvrir le travail à distance à tous les agents qui auraient des tâches compatibles avec le télétravail, y compris dans les métiers techniques et parmi les personnels de catégorie C.

A cet effet, une deuxième vague de candidatures sera lancée dès mi-octobre.

Le télétravail se veut également un outil de cohésion à GPSEA !

Suite à l’avis favorable à l’unanimité des organisations syndicales, ce rapport sera désormais soumis pour validation au prochain Conseil de Territoire.

Modification de l’organigramme de la Délégation Relations et Appui aux Territoires (DRAT) :

La DRAT occupe une place particulière dans notre organisation, car elle assure un lien continu avec les communes du Territoire. La révision de son organigramme vise ainsi à renforcer son accompagnement en matière d’urbanisme auprès des élus et services des communes. Elle est également l’occasion de confirmer la réussite du dispositif d’immersion mis en place par la DRH, qui permet à des collègues en reclassement ou en mobilité interne de découvrir un service et de se former pendant plusieurs mois avant d’intégrer définitivement leurs nouvelles fonctions.