Fake ou réel ?

Aujourd’hui, nous disposons tous, dans nos vies personnelle et professionnelle, d’une masse d’informations conséquente, Cela est d’autant plus vrai qu’à Grand Paris Sud Est Avenir nous sommes attachés à la liberté de parole, à l’échange et nous cherchons en permanence de nouveaux instruments pour mieux faire circuler l’information entre nous.

Une des conséquences de cette abondance de données est qu’il est nécessaire de faire le tri entre ce qui est important et ce qui l’est moins, entre ce qui est utile et ce qui est secondaire. Aujourd’hui, j’inaugure une nouvelle rubrique du blog qui a sa façon cherche à faire le tri parmi ce que j’entends dire au sein de la collectivité.

Fake ou réel ?

« Le 1er budget participatif du service propreté a été financé par les agents eux mêmes »

Faux bien sûr. La collectivité a souhaité expérimenter un nouvel outil de participation des agents en permettant aux collègues de la propreté de décider eux-mêmes par leur vote des matériels, travaux et fournitures dont ils pourraient disposer pour améliorer leurs conditions de travail. L’opération a eu lieu en septembre et une partie des matériels et fournitures choisis a ete acquise et est en train d’être distribuée parmi les équipes.
La collectivité a financé cette démarche en dégageant des moyens supplémentaires à hauteur de 40 000€. Évidemment, aucun prélèvement n’a été opéré sur la paye des agents à ce titre !

Nous prévoyons d’étendre cette démarche des budgets participatifs à la restauration scolaire, à la production florale et arboricole et aux équipes d’exploitation eau voirie assainissement, des équipes pour lesquelles la question des conditions de travail est essentielle.

« La collectivité ne fait rien pour créer la cohésion entre les agents de GPSEA et uniformiser leurs droits »

Faux. En trois ans d’existence, GPSEA a déjà posé de nombreux actes de cohésion et notamment
• une politique de résorption de l’emploi précaire, la même pour tous, qui a permis de stagiairiser des collègues qui cumulaient les contrats courts mais aussi de donner leur chance dans l’administration à des emplois d’avenir
• Une politique disciplinaire, la même pour tous, qui est un instrument nécessaire pour garantir le respect entre collègues
• Une politique d’avancement de grade et de promotion interne (AGPI), la même pour tous, basée sur des principes communs à tous les agents (prise en compte de l’ancienneté comme témoignage de la fidélité à l’institution, prise en compte des concours et examens passés et réussis comme témoignage des efforts accomplis pour progresser dans sa carrière, prise en compte des contraintes particulières supportées par celles et ceux qui s’engagent dans la fonction d’encadrement) et qui a permis d’augmenter le nombre de collègues bénéficiant d’une évolution de carrière (chaque année 10% des agents bénéficient d’une décision favorable d’AGPI)
• Une politique d’action sociale, la même pour tous, qui permet à chaque agent de disposer d’une participation de 30/mois sur sa mutuelle santé et d’être gratuitement adhérent du CNAS
• Une politique de médecine professionnelle et d’accompagnement social, la même pour tous, qui offre à tous les agents de GPSEA, grâce au partenariat avec le Centre de Gestion, des services renforcés en terme de rdv avec médecins, infirmière, assistante sociale. Le Conseil de Territoire vient d’ailleurs de délibérer pour augmenter la présence de l’assistante sociale à GPSEA qui sera désormais là 4 jours par semaine contre 3 auparavant.

Reste la politique de régime indemnitaire pour laquelle nous délibérerons en avril et qui permettra de supprimer la myriade de primes différentes au profit d’un système commun, en garantissant évidemment que cet acte de transposition, de conversion et donc de cohésion ne fasse pas perdre un euro a qui que ce soit. Reste enfin la politique du temps de travail pour laquelle nous avons toujours dit qu’il ne servait à rien d’ouvrir le dossier tant que le cadre national fixé par le gouvernement et le législateur n’était pas connu. Je crois pouvoir dire que les évènements nous donnent raison puisque le gouvernement a annoncé que la question du temps de travail serait traitée dans le cadre du projet de loi de transformation de la fonction publique adopté avant l’été 2019.

« Les effectifs n’augmentent pas dans la collectivité »
Vrai et faux. Les effectifs ont augmenté avec les transferts de compétences qui ont été nombreux depuis 2016. En matière culturelle et sportive par exemple, les équipements en provenance des communes comptaient naturellement beaucoup de personnels qui sont désormais territoriaux.
Si on neutralise les effets des transferts, les effectifs sont stables depuis 3 ans. Ils n’augmentent pas, ils ne baissent pas. Beaucoup d’entre eux sont transformés au gré des évolutions de l’offre de services publics : des postes changent de service /direction de rattachement, de contenus, disparaissent parfois dans un secteur quand d’autres sont crées dans un autre secteur.

Fabien TASTET

2 réflexions au sujet de « Fake ou réel ? »

  1. Marie-Odile Perret

    Il n’y a pas que le régime indemnitaire qui diffère, mais aussi le temps de travail : certains sont à 37 h 30, d’autres à 35 h. Certains ont moins de congés annuels que d’autres. Nous souhaitons l’uniformisation de touts les statuts mais pas au dépens de ceux qui ont le plus pour s’aligner sur ceux qui ont le moins. J’espère que ce message sera entendu ! Les personnels sont parfois sous tension et les arrêts maladies n’ont pas diminués malgré la journée de carence. Aller vers une augmentation du temps de travail n’est pas la solution.
    Dénoncer les fake-news c’est bien, mais attention à ne pas glisser vers une limitation de l’expression des agents.

    Répondre
  2. Pigeon

    Bonjour,

    Nous souhaiterions savoir quand sera communiqué – officiellement – l’information concernant le nouveau site internet et surtout la nouvelle charte graphique qui y est associée.
    Charte graphique qui au départ, ne devait absolument pas se substituer à l’actuelle. Quid de tous les supports de communication réalisés depuis bientôt 3 ans ? Encore de l’argent public jeté par les fenêtres…
    Mais surtout, cela ne vous pose pas de problème que cette nouvelle charte ressemble à s’y méprendre à celle de Grand Paris Sud (le petit rond décalé au Sud Est et le rouge un peu moins rose) ? Une agence de communication a été payée pour cela ?

    Enfin, après le grand bouleversement qui a concerné l’organigramme (le jeu des chaises – directions – musicales), il serait opportun de publier une version à jour à moins que le jeu ne soit pas terminé et que vous nous réserviez encore des surprises…

    Merci d’arrêter de nous prendre pour des pigeons !

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *